Comment se faire recruter lorsque l'on a (vraiment) du talent ?

AAAA.png

Petit pamphlet du recruteur rêveur ...

Certes, le titre de mon article est un peu racoleur. Un brin provocateur pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué. Mais le monde du recrutement laisse parfois des traces amères à ceux qui, naïvement, espéraient que leur seul talent suffirait à éblouir le monde. 

Désillusion difficile pour les jeunes diplômés dont l’école à 12,000 euros l’année avait promis qu’ils tutoieraient le ciel, mais aussi pour ceux qui - pour une raison ou pour une autre - n’ont pas eu la possibilité de sortir ce précieux sésame de leur poche. 

Le contact avec le recruteur peut laisser également un goût amer à ceux qui approchent l’âge fatidique où le monde du Travail les cataloguera comme Senior. Cette intonation toute spécifique n’exprimant désormais plus une marque d’expertise avérée, mais plutôt de dégénérescence progressive dans l’esprit du recruteur lambda. Excusez ma franchise. Au sein d’une génération qui cherche à exister à travers les réseaux sociaux, et qui semble parfois récompenser davantage la visibilité que la réalité, comment se démarquer ?

" Au sein d’une génération qui cherche à exister à travers les réseaux sociaux, et qui semble parfois récompenser davantage la visibilité que la réalité, comment se démarquer ? "

C’est en tant que recruteur avisée, pleine d’espoir pour la génération suivante et pleine de respect pour les générations précédentes, que j’écris ces quelques lignes. La question n’est pas tant ce que vous laissez paraître, mais plutôt qui vous êtes. Les bons recruteurs cherchent à reconnaître cette personne, et il est certain que vous pouvez (devez) l’y aider. En effet, vous ne pouvez pas en vouloir aux gens de vous prendre pour ce que vous montrez… Alors, comment mettre en avant votre véritable talent ?

1. Soignez votre présentation

L’habit ne fait pas le moine, mais les moines devraient porter leurs habits. Avoir conscience de l’image que vous renvoyez est le premier réflexe que vous devez travailler. Un recruteur a tout un tas de préjugés. Qu’il s’agisse d’un recruteur de cabinet, ou bien d’un employeur qui effectue ses recrutements en direct, eux aussi fonctionnent comme des êtres humains (je sais, ils n’en ont pas toujours l’air), et donc ont recours à un système de réflexion qui cherche à reconnaître l’objet / la personne / le comportement qu’ils ont en face d’eux. Une sorte de Shazzam de l’être humain en quelque sorte. Et plus vos indicateurs se cumulent, plus le préjugé sera confirmé.

Ayez conscience de l’image que vous renvoyez. Cette image diffère nécessairement en fonction du type de recruteur qui est en face de vous. Mais si vous n’avez aucune idée de ce que le recruteur pensera de vous avant même que vous ouvriez la bouche, il est très probable que vous ne soyez déjà pas sur la bonne route.

2. Soyez accessible

Le recruteur est là pour vous connaître. Donnez lui une chance de pouvoir le faire. J’ai eu la chance de commencer très jeune dans ce métier. Et en ayant rencontré des profils Senior, (dans le bon sens du terme), j’ai parfois été frappée de votre manque de courtoisie et d’accessibilité, comme si vos 25 années d’expérience étaient les seules choses que nous avions le droit de retirer de votre parcours, et qu’elles parlaient d’elles-mêmes. (« Mademoiselle, avez-vous lu mon CV ? »). Clairement, si le recrutement n’était qu’une question de lecture de CV, pourquoi nous rencontrer ?

Parlez-nous de vous, de ce que vous avez retiré de ces années, de ce que vous auriez fait différemment, de ce que vous avez réussi. De vos rêves et de vos regrets. Profitez de votre avantage pour nous apprendre, à nous jeunes petits recruteurs innocents, à éviter les écueils dans lesquels vous êtes tombés. Et laissez-nous apprendre à vous connaître.

3. Pensez SMART

Soyez explicite, précis, réaliste, pragmatique. 

Parlez-nous de vos expériences, en nous expliquant d’où vous venez, ce que vous pensez.  Expliquez-nous chaque expérience en exposant le contexte (typologie d’entreprise, métier, Chiffre d’affaires), et ce que vous y avez fait. Non, les recruteurs ne sont pas censés avoir déjà fait votre métier. Mais si vous souhaitez être jugé(e) à votre juste valeur, laissez-nous comprendre en quoi vous êtes extraordinaire.

4. Soyez agréable

Le recruteur ne le sera peut-être pas, sauf si vous passez par Eighty Eight. (smile et amour sur tous nos concurrents). Mais en tous cas, si vous êtes agréable, il sera plus enclin à vous recommander pour un autre poste, et ce, même si le poste pour lequel vous postulez ne convient pas.

5. Soyez compétent(e)

Mais pas besoin de le préciser, cela était évident, puisque vous, vous êtes un véritable talent ;)

Et si vous êtes allé jusqu’au bout de la lecture de cet article, nul doute que nous nous retrouverons du bon côté de la force…

Emmanuelle Vandepitterie

CEO Eighty Eight

Découvrez nos autres articles :

Comment repartir après la crise.jpg

COMMENT REPARTIR APRÈS LA CRISE ?

Avec le déconfinement, vient l’espoir de jours meilleurs mais aussi la réalité qui nous rattrape. Deux mois gelés dans le temps, au cours desquels toute la France a retenu son souffle, a su célébrer ses soignants mais aussi reconsidérer ses priorités. 

steven-lelham-atSaEOeE8Nk-unsplash.jpg

SPRINT VERSUS MARATHON

Le coronavirus nous a fait réagir vite. Très vite. Il a poussé nos organisations, nos processus et nos équipes à s’adapter. Notre intelligence a du fournir rapidement ce qu’elle pouvait, dans une telle urgence. La situation impérieuse, rapide et inédite ressemble ...

bore-out versus burn-out.jpg

BORE-OUT VERSUS BURN-OUT

La crise sans précédent dans laquelle nous sommes plongés est le révélateur de plusieurs maux intérieurs. Deux côtés de la balance qui alternent, l’un et l’autre dans un extrême opposé. Ces maux du siècle qui traduisent un véritable mal-être au travail, ...

  • Icon_rounded_background_white

Eighty Eight

128 rue de la Boétie

75008 Paris

01 70 25 98 56